ARTICULÉ CROISÉ ANTÉRIEUR OU BOUT-A-BOUT ANTÉRIEUR AU CABINET D’ORTHODONTIE DE BEZONS

orthodontie invisible bezons

A la fermeture des dents ensemble, une ou plusieurs dents de devant du haut se retrouvent coincées à l’intérieur des dents du bas. Ce problème occasionne une instabilité lors de la fermeture des dents, augmente le risque d’usure prématurée des dents impliquées et cause un déplacement des dents du bas vers l’avant, augmentant ainsi les risques de déchaussement.

    Pour les jeunes enfants ce type d’occlusion empêche une bonne croissance de la mâchoire du haut et favorise la croissance excessive de la mâchoire du bas et génère une classe III squelettique (mâchoire du bas et menton proéminents).

    Pour la prise en charge de ce type de problème, l’enfant peut être traité précocement (à partir de 5 ans) afin de rétablir un bon équilibre squelettique. Les appareils externes sont les plus efficaces (comme le masque de Délaire) même s’ils sont un peu encombrants, d’autres solutions peuvent vous être proposées en fonction de chaque cas (plaque à vérin avec ressort antérieur, Quad’Helix Crozat, ELN – enveloppe linguale nocturne).

    En fin de croissance et à l’âge adulte le traitement de l’occlusion antérieure inversée est ortho-chirurgical ce qui permet d’obtenir le meilleur résultat esthétique et fonctionnel ainsi qu’une stabilité à long terme.

    Les articulés inversés sont dus à une insuffisance de croissance du maxillaire supérieur ou inférieur dans le sens transversal (en largeur), dans le sens antéropostérieur (en longueur) ou dans les deux sens.

Le résultat est la présence de rapports inter-dentaires inversés ; les dents supérieures se retrouvent en contact bout à bout ou même en arrière des dents inférieures.

Ces rapports dentaires anormaux entrainent souvent des glissements de la mâchoire inférieure sur le côté ou en avant.

Ces inversés doivent être corrigés précocement, évitant ainsi que les déviations de la mâchoire ne provoquent de véritables déformations.

Les causes de ses inversés sont :

  • le pouce, la tétine : la pression du pouce sur le palais va provoquer sa déformation réduisant de ce fait la largeur du maxillaire supérieur.
  • la langue : elle peut être amenée à adopter une posture dite basse dans la cavité buccale. Son rôle de stimulateur de la croissance du maxillaire supérieur n’est plus aussi bien assuré.